Et cette idée?

 

 

Trouver un bon compagnon de voyage n’est pas une tâche facile et réaliser un de ses rêves avec lui l’est encore moins. Voici l’histoire de deux personnes qui se rencontrent par hasard avec deux perspectives d’avenir très différentes , mais qui décident finalement d’accomplir un projet de voyage qui leur est cher.

Cette rencontre est née dans les Hautes alpes à la fin de la saison d’hiver avec une conversation principalement axée sur l’Inde, pays dont les deux sont amoureux.

Alba, après son retour d’Asie en septembre décidé de venir poser ses bagages pour l’hiver dans le Queyras, petit parc naturel qu’elle avait découvert deux ans plus tôt en compagnie d’une amie avec qui elle voyageait en France. Elle avait apprécié cette vallée et avait décidé de revenir pour trois raisons : apprendre le Français, travailler pour gagner un peu d’argent et vivre une expérience de vie pendant quelques mois. Puis, cette période terminée elle avait dans l’intention de reprendre la route en vélo en direction de l’Asie.

Thomas, quand à lui entamait sa troisième année de sédentarité avec pour projet de monter son entreprise de menuiserie et avoir ainsi son propre espace pour créer et concevoir tous types de créations, modernes, alternatives, écologiques, insolites ou atypiques. Bref il tirait un peu un trait sur les voyages le temps de se lancer et de réussir à vivre de son travail et néanmoins passion.

 

La connexion entre eux était forte mais tout deux avaient des chemins différents. Malgré tout ils décidèrent, pour prolonger un peu cet amour naissant, de rallier le village d’Alba en Espagne en partageant une passion commune;l’escalade. Malheureusement ou heureusement, nous ne le sauront jamais, le voyage s’est terminé après deux semaines à l’hôpital de Millau. Thomas venait de se casser le talon ce qui le rendait paralysé pour quelques mois. Une décision était à prendre pour Alba, continuer sa route ou rester. Après quelques jours de réflexion et des signes qui ne trompent pas elle décide de retarder ses plans et de rentrer avec lui dans le Queyras le temps qu’il puisse remarcher et retrouver une autonomie. Privé de sa mobilité Thomas devait revoir son quotidien et tirer un trait sur la menuiserie et le sport pour quelque temps. De là le stop est réapparu dans sa vie, ne pouvant se déplacer avec sa voiture et la lecture du livre « le tour du monde en stop » fit naître l’idée d’un grand voyage. Alba, ne possédant pas le permis de conduire avait déjà l’habitude de ce moyen de déplacement. La réflexion de « pourquoi pas » commençait à naître dans leurs esprits.

 

Tous deux partageaient la même façon de voyager, la passion du sport et de la montagne. Alors pourquoi ne pas traverser certains pays par les montagnes et ainsi sortir des sentiers battus et rencontrer ces peuples qui vivent à l’écart du monde et de la folie des grandes villes et du tourisme. Ils cherchaient tous deux l’authentique et l’imprévu. Pourquoi ne pas allier aussi à leur voyage leurs passions communes et proches dans les domaines de l’agriculture et de la construction liées aux techniques des pays qu’ils traverseront. Ce stupide accident les avait uni et avait complètement changé le cours de leur vie. Le projet de tour du monde avait trouvé tout son sens et était devenu réalité.

La décision étant prise, il fallait maintenant attendre que le pied de Thomas soit réparé. Le départ était prévu un peu avant l’hiver avec pour première destination, l’Afrique. En juillet Alba décide de partir faire le tour de l’Islande à vélo et Thomas de retaper entièrement son appartement, comme ça ils pouvaient profiter en un mois de réaliser leur projet antérieur à l’accident. Puis petite semaine d’escalade et de vtt en Italie, vendanges et escalade en Suisse, randonnée dans le queyras et tour du Jura en vélo tourisme. Après ces longs mois d’inactivité il fallait quand même en profiter un peu.

Venait maintenant le moment des préparatifs et de l’avant voyage. Acquérir tout le matériel nécessaire à ce tour du monde, matériel ultra léger pour la randonnée en autonomie et vêtement de montagne pour parer à tous types de climat, matériel électronique pour tenir un blog tout au long du voyage etc…

Mais surtout comme il s’agissait d’un voyage sans durée déterminé régler toutes les formalités que l’on peut avoir quand on est installé en France, et réduire au maximum tous les frais fixes. Appartement, assurances, mutuelle, banque, vaccins, auto-entrepreneur, téléphone, passeport et j’en passe pour n’avoir à la fin qu’une assurance mondiale et des frais de carte bleu pour une banque mobile. Il nous fallait clore notre vie d’avant et bien ranger tout ce qu’on laissait derrière nous.

11 novembre 2017 nous étions prêt, il ne restait plus qu’à faire les sacs et PARTIR…

 

 

 

 

 

 

error: Content is protected !!